Botswana

Corrado Rubbi au Bostwana

1) Pourquoi avoir choisi cette destination ?

Cela faisait très longtemps que je désirais découvrir le Botswana et ce n’est que l’an dernier que l’occasion c’est présentée. La fascination provenait de ce fameux et mystérieux Delta de l’Okavango, mystérieux car c’est le seul fleuve au monde qui ne se jette pas dans une mer ou un océan mais disparaît dans les entrailles d’un désert, celui du Kalahari. Mélanger faune et plus particulièrement les “Big Five” et le milieu aquatique qui m’est cher, voilà la raison pour laquelle j’étais attiré par cette destination.

Botswana

Botswana

2)  Vous avez voyagé en Novembre; est-ce la meilleure période pour s’y rendre ?

Ce n’est certes pas la saison la plus propice car débute la saison des pluies mais les tarifs y sont plus abordables, le Botswana étant reconnu pour être cher. La meilleure saison sèche mais où les nuits peuvent être très fraîches et le safari du matin glacial… Mais c’est la meilleure période pour y voir la faune car la végétation est clairsemée et c’est aussi le moment où étonnement le Delta regorge d’eau et recouvre une superficie de près de 18’000 km2. Cela peut paraître paradoxal mais les affluents de l’Okavango, les rivières Cuando et Cubango, prenant leur source au nord en Angola, mettent plusieurs mois après la saison des pluies pour parvenir au Botswana et finalement grossir le Delta. En fait, vu du ciel, il ressemble à un immense marais, regroupant plusieurs millions d’îles ou îlots, abritant hippopotames, crocodiles, une multitude d’espèce d’oiseaux et d’échassiers.

Botswana

3) Sur place, quels moyens de transport avez-vous utilisé ?

Sur place, le moyen de transport d’un lodge à l’autre s’effectue en petits avions de 7 à 10 places, la compagnie Mack Air assurant ces liaisons. Raison aussi pour laquelle la destination est onéreuse. Sinon les safaris se font comme à l’habitude en véhicules 4×4.

Botswana

4)  Où avez-vous logé?

Le logement se fait dans des lodges en dur ou en tentes, mais celles-ci ont pour la plupart un embasement en dur. Comme il s’agissait d’un voyage combinant vacances et découverte professionnelle, je séjournai en huit lieux différents. Trois proprement dans le Delta, deux dans la réserve de Moremi, région de Khwai, dont une au nord dans la réserve de Linyati et enfin deux dans le Parc National de Chobe. Au niveau tarifaire, voici une échelle de prix, par personne, base logement en double, en haute saison en Euros: 700.- pour un logement sous tente modeste mais confortable et 2400.- pour la plus onéreuse. En basse saison, respectivement EUR 500.- et 1400.-
A signaler que pour les plus chers le logement comprenait une immense terrasse ainsi qu’une piscine privative, living spacieux au contrebas d’une très belle chambre à lit à baldaquin supportant une moustiquaire, salle de bain et penderies distinctes pour deux convives, douches intérieure et extérieure. Tous ces établissements ont vue sur la vie  sauvage et des paysages à couper le souffle. (Moment unique de prendre sa douche au couchant avec des éléphants sous les yeux à presque un jet de pierre…) Le prix inclut la pension complète, toutes les boissons fermentées ou pas, deux, voir trois safaris en 4×4 généralement clinquant neufs pour la plupart sinon en excellent état,  avec des Rangers chauffeurs très compétents, la blanchisserie, etc… En tous lieux, même les moins onéreux, une décoration recherchée, avec de beaux et rares objets, des antiquités. Les plus chers de ces établissements, Wilderness ou Belmond, participent grandement aux communautés locales en participant à la création d’écoles ou sous d’autres formes de développement, irrigation, cultures, etc…

5) Pouvez-vous nous décrire dans les grandes lignes votre itinéraire ainsi que les activités pratiquées?

Ce ne fut point, disons-le, la découverte d’un pays mais d’une région spécifique riche pour sa bio-diversité: le Delta de L’Okavango, la Resrve de Moremi et le Parc National de Chobe. Pour ce faire, nous n’atterrissons pas à Gaborone la capitale en arrivant d’Europe, mais à Maun, via généralement Johannesburg. A peine arrivé du premier vol interne Maun – Vumbura airstrip, après 24 heures de voyage depuis Genève, des éléphants et deux léopards nous”attendaient”… Par la suite ce furent impalas et quantité d’autres antilopes et gazelles qui croisèrent notre piste. S’ensuivirent d’autres images fortes, guépards somnolents à l’ombre de buissons, des babouins portant leur bébé sur leur dos, etc… Belle nuit réparatrice dans le plus luxueux des lodges fréquentés, le Vurumba Plains South, jouxtant le North Camp. Au matin un magnifique paysage marécageux s’offre à notre vue. Départ en safari et très vite rencontre avec des lions, buffaloes, girafes, hippopotames, etc… D’un lodge à l’autre nous verrons toujours quatre des “Big Fives”, le rhinocéros manquant toujours à l’appel. L’alternative aux sorties en 4×4 est aquatique, les balades en “Mokoro”, pirogues traditionnelles manœuvrées à l’aide d’une gaffe par un autochtone emmenant deux “touristes” permettant d’aller à la rencontre d’oiseaux, de crocodiles, à travers un réseau inextricable de canaux bordés de roseaux, papyrus et autres végétaux. Les autres moments forts sont les déplacements aériens d’un lodge à l’autre, survolant le Delta à basse altitude permettant de voir ses innombrables méandres et des troupeaux d’éléphants et autres espèces animales.
La réussite d’un safari (game drive) dépend en grande partie de la qualité et de l’instinct du « ranger ». Au Kwai Tented Camp, le plus modeste des camps mais actuellement en pleine rénovation, nous eûmes le meilleur d’entre eux, exceptionnel, pistant redoutablement, la nuit tombée, un léopard jusqu’à sa future proie, un jeune impala, momentanément délaissé par sa mère, et le lendemain le retrouvant haut perché sur une branche où il avait protégé les restes de son repas de l’appétit des hyènes, toujours à l’affût. Et cela sans ameuter d’autres véhicules de visiteurs, de manière à être seuls sur place et non pas entourés d’une demi-douzaine d’autres 4×4 comme cela se produit trop souvent, au Kenya plus particulièrement.

Botswana

Botswana

6) Connu comme destination « nature», le Botswana a-t-il répondu à vos attentes?

Totalement! Le seul bémol étant la période du voyage, il eu fallu casser un peu plus la tirelire pour voyager lors de la meilleure saison, donc à refaire!…

7) Est-ce une destination sûre?

Absolument, l’on vit dans un microcosme totalement sécurisé, en dehors du monde et de ses tourments! Pas de terrorisme et les appareils de Mack Air et leurs pilotes sont optimaux.  Un seul lodge durant ce périple nous permit de nous connecter à ce que l’on appelle “civilisation”. (Nietsche avait d’ailleurs subtilement modifié l’orthographe de ce terme…).

8) Recommandez-vous cette destination?

Assurément! Une fois encore le budget sera déterminant. Car les pays voisins, Namibie et Afrique du Sud, permettant de voyager aisément en véhicules de location, seront moins chers. Toutefois, ils n’offriront point une telle concentration d’animaux et des paysages totalement différents.

Botswana

Recevez nos offres, promotions et articles voyages